ACCUEIL » POÉSIE » VICTOR HUGO » Demain dès l’aube

Demain dès l’aube

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.
 
Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.
 
Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
 
Victor Hugo (1802-1885)
Les contemplations
 
La date du 4 septembre 1843 marque l'existence de Victor Hugo d'une fracture inguérissable : lors d'une promenade en barque sur la Seine, Léopoldine, la fille aînée tant aimée, se noie avec son jeune époux. Quatre ans plus tard, le père s'apprête à célébrer le culte du souvenir dans le petit cimetière de Villequier.

PAGE PRÉCÉDENTE


AU HASARD DES RIMES